Anecdotes de voyage

Jan
2011
12

posted by on Histoire de voyage

No comments

Coucher de soleil carnarvon

Vous savez ce qui est bien quand on rentre d’un voyage ?

Le décalage horaire … Non … La différence de température … Non plus … Toutes les personnes qui nous disent qu’on a maigri ou grossi … Non … Redécouvrir les saveurs de notre terroir … Non … Le gâteau de mamie … miam, mais non … Retrouver son doux lit … euh, ça aurait pu !

Je vais vous le dire, ce qui est bien au retour d’un voyage c’est de se rappeler les petites choses cocasses qui ont parsemé notre séjour. Terrifiante ou amusante, banale ou extraordinaire, angoissante ou entrainante, tout le monde en a. Je vous laisse maintenant découvrir quelques unes des miennes.

–> L’invité des toilettes <–

Je suis à Eva Valley Farm au Sud de Darwin dans le nord de l’Australie. Ici, la vie est simple vu que je passe mon temps à travailler. J’habite une petite cahute près du potager et les WC se situent à 200 mètres (facile) de là.

Un midi, alors que je sens que la nature réclame son dû, je me dirige vers les toilettes d’un pas pressé. L’envie devenant de plus en plus pressante, c’est avec soulagement que j’ouvre la porte de ceux ci. Mais là, surprise ! Un jolie serpent arboricole squatte le trône ! Je lui fait gentiment comprendre que c’est à mon tour et, non sans raler, il me laisse la place.

Les serpents sont légions dans cette partie de l’Australie, mais c’est toujours surprenant de tomber sur un quand on s’y attend pas !

Un serpent sur les toilettes
–> Un avion à prendre <–

J’attends tranquillement au guichet afin de m’enregistrer au vol qui me fera quitter l’Australie pour Singapour. J’ai changé tout mon argent et réglé les dernières formalités administratives. Je repense à tout ce que j’ai vécu en attendant mon tour. C’est à moi, je me plie aux vérifications de routine quand un agent m’interpèle :
 » – Monsieur vous avez une preuve que vous allez quitter Singapour ?
– Euh … non !
– Alors je peux pas vous laisser embarquer.
– Ah bon, mais j’ai mon billet et j’ai nulle part lu qu’il fallait un tel justificatif.
– C’est une nouvelle mesure de l’administration de Singapour, vous devez fournir ce justificatif ou vous ne partez pas ! »

A ce moment mes neurones se réveillent car il vale poisson a darwin falloir trouver une solution et vite. L’enregistrement se termine dans 20 minutes et mon Visa Australien le lendemain. D’une part j’ai pas les moyens de rester et d’autre part j’en ai pas l’envie. Devant mon désarroi la compagnie me propose une solution hasardeuse consistant à réserver puis annuler un billet de retour. Je la sens la sens pas trop cette méthode, ça sent les frais cachés. Je préfère chercher une autre solution.

Il me faut internet, de là j’arriverai à réserver un bus de Singapour à la prochaine étape de mon voyage. Bien entendu la seul borne internet est à l’opposé direct du hall et fonctionne, bien entendu, qu’avec des pièces de 2$. Je viens de changer mon argent et j’ai toutes les monnaies du monde sauf des dollars australiens … Des fois on se dit que le sort s’acharne et on maudit la loi de Murphy ! Bon, j’ai un quart d’heure pour trouver une solution viable ou je vais devoir payer les frais additionnels.

Tout à coup, je me rappelle que pour le souvenir je m’étais gardé quelques pièces australiennes et entres autres une de 2 dollars ! Je vide mon sac au milieu de l’aérogare à sa recherche. C’est avec le plus grand sourire que je met les doigts dessus et la glisse dans la fente prévue à cet effet. Ce sourire est de courte durée quand après un bref instant la pièce retombe dans le bac … Non !!! L’Australie ne veut décidement pas me laisser partir !! Je la reprend et réessaie, cette fois ci ça marche. *soulagement* J’ai maintenant 10 minutes, chrono à l’écran, pour trouver un billet Singapour > Melaka et le réserver. 8 min 43 secondes plus tard je reçois un mail de confirmation et file à l’enregistrement soumettre ma preuve de sortie du territoire.

Avec un petit sourire l’agent d’accueil m’enregistre. C’était moins une, c’est soulagé que je franchis le portail de sécurité le cœur léger quand soudain …TITITITITITITIT …. Le portail décide de se mêler à l’histoire !! Non, je plaisante, après, tout s’est bien passé et j’ai rejoins Singapour sans problème !

Bienvenu a singapour

Voilà, une montée de stress dont je me serrai bien passé mais qui fait partie de ces endroits mystérieux que sont les aéroports !

–> Un lit inattendu <–

Nous sommes à 4 dans une fiesta filant sur le bitume de la « Great Ocean Road » qui s’étend entre Melbourne et Adélaide. Le temps est clément est nous profitons d’un magnifique couché de soleil sur les « 12 apôtres ». Nous avons décider de passer la nuit dans le bled suivant … mauvaise idée !

Et oui, on est début Janvier, et dans cette partie de l’Australie c’est la pleine saison ! De ce fait, il n’y a plus une place nulle part pour dormir. Mais quand je dis plus une c’est plus une ! Camping, Auberge de jeunesse et même motel … plus rien ! Finalement au détour d’un cul de sac, on tombe sur un stade de Footy (Football Australien) et ses vestiaires. On arrête la voiture et on va jeter un œil. Ça fait un moment qu’onMon canape chéri tourne et ce vestiaire est une bénédiction en quelque sorte. Tout le confort est là : douches, toilettes eau potable et on peut dormir dans la voiture. Enfin à 4 dans la Fiesta la nuit s’annonce …. pas tip top. Et puis, en visitant un peu les vestiaires, je tombe sur un vieux canapé. Je veux pas savoir son histoire ou ce qu’il a vécut, il est suffisamment grand et bien plus confortable que le siège de la Fiesta.

Ah ! Ce bon vieux canapé, quand j’y repense ça me fait sourire surtout quand je revoie les autres sortir de la voiture gelés et crevés alors que moi j’ai passé une super nuit (de ce que je m’en rappelle) !

Les trouvailles qui au détour d’un vestiaire vous change la vie, ça fait aussi le charme des voyages !

–> Histoires de bus <–

Ah, les bus ! Quand on bouge un peu, on se rend vite compte que c’est un des moyens de transport les moins onéreux. Par contre, il y a toujours des surprises qui font leur charme. En voilà, une petite sélection.

En Malaysie, premier choc culturelPorte ouverte des bus d’Asie. Je débarque à la gare routière et emprunte le réseau de bus local. Et, à ma plus grande surprise, le conducteur ne ferme pas la porte ! Bon, vu l’état du bus je me dis que si ça trouve elle ne fonctionne plus. Mais, j’ai eu l’occasion d’en emprunter d’autres et rebelotte, toujours cette porte ouverte. Au vue de la chaleur qui règne là-bas, cette porte doit tout simplement faire partie d’un ingénieux système d’air conditionné.

En Thailande, Je prend le bus pour rejoindre Ayutthaya depuis Chiang Mai. Pas de soucis je pars en début de nuit et doit arrivé là-bas à 7h. Je m’inquiète pas et m’assoupi en attendant. Le bus s’arrète et me voilà réveillé par le chauffeur qui nous demande de sortir. On doit être arrivé ! La tête dans le c** … euh … l’humeur vaporeuse, je regarde ma montre, il est 3h30 et je sens quelque chose qui cloche. Je regarde autour de moi et tout semble bien trop lumineux, trop grand pour la petite ville d’Ayutthaya. Je me renseigne un peu et apprend que je suis à Bangkok ! En fait, on ne s’est même pas arrété à Ayutthaya … C’est pas grave, on trouve un moyen de rejoindre la gare et de là on prend le 1er train pour Ayutthaya !

Boudha couche Ayutthaya

En Australie, il est courant de se faire réveiller durant les voyages de nuit en bus. Non, les australiens ne ronflent pas plus fort (quoique …), on est réveillé par une sensation de freinage généralement suivi d’un choc. C’est étrange en voiture, on essai d’éviter les kangourous, en bus non !

Tags:

Leave a Reply

Article rédigé par Jérémy