Subjugué par Fuji Sama

Déc
2012
12

posted by on Histoire de voyage

No comments

C’est fatigué après cette visite intensive de Tokyo que je quitte la capitale japonaise pour découvrir un monument de la culture du Pays. Tout les visiteurs de cette magnifique contrée se doivent d’y aller ne serait ce que pour rester trente seconde la bouche ouverte ahurie par une telle présence. De quoi je parle ? Comment vous ne l’avez pas encore deviné ? Je parle bien sur de la plus haute montagne du Japon, ce volcan que tant ont gravis et qui pourtant garde pudeur et beauté, oui aujourd’hui je vais au pied du mont Fuji.

Des plans qui tombent à l’eau

Je sais pas pourquoi mais depuis que j’étais au Japon, je voulais grimper le mont Fuji. J’avais récupéré tout un tas d’information sur oui, c’est faisable en dehors de la saison officiel et non c’est pas faisable. J’avais vraiment entendu et lu de tout sur la possibilité d’escalader la montagne sacrée. Donc quand je suis arrivé sur place, je ‘étais absolument pas sur à quoi m’attendre.

Le tour du lac au lieu de l'ascension

Heureusement dans ces situations, il y a toujours un signe qui vous indique la bonne solution et aujourd’hui ce fut la météo. En effet, le temps était prévu très mauvais pour le lendemain matin et je n’avais que ce créneau pour tenter l’ascension, donc … raté. En fin de compte, j’ai du rabattre ma pulsion de marche sur la région des cinq lacs au pied du volcan. Et ce fut déjà vraiment agréable !

attention ours japon

Euh ... bon je vais pas trop m'éloigner du chemin ...

Quand escalader le mont Fuji ?

Au final, j’ai toujours pas de certitude si le chemin est ouvert ou pas. Une chose est certaine cependant : les huttes sont fermées, la neige est omniprésente et un équipement adapté est indispensable. Je pense également qui doit falloir une autorisation spéciale pour l’escalader hors de la saison officiel qui s’étend de mi-juillet à mi septembre.

Le volcan ...

... dans tout ...

... ses états !

Disons que ça correspond bien avec la mentalité japonaise de faire une chose dans ce genre. En plus, vu le nombre hallucinant de personnes qui veulent l’escalader souvent sans entrainement ni rien du tout (sandale + tee shirt pour aller à plus de 3000m c’est moyen), je pense que c’est une bonne chose qu’il limite l’accès.

Déjà le départ …

Sans montagne à gravir, je n’avais pas d’autres raisons de rester dans le coin si ce n’est rester bouche bée à chaque fois que je regardais le grand volcan enneigé. Et pour en imposer, il en impose, c’est vrai que je n’ai pas pu le gravir mais maintenant je comprends pourquoi il est temps vénéré par nos amis Nippons. Lorsqu’on se retrouve face à face avec « l’ancien », on se sent ridiculement petit et insignifiant !

C'est moi qui interprète mal, n'est ce pas ?

A bientôt sur les routes du monde

Jérémy

Tags: ,

Leave a Reply

Article rédigé par Jérémy