Au fil du temps : une journée au Japon

Mai
2012
07

posted by on Histoire de voyage

No comments

J‘ai eu la chance de connaître et de me faire héberger par Claudia durant les premiers jours de ma découverte de ce nouveau pays. Cela a grandement faciliter l’intégration des habitudes locales ainsi que diminuer le choc culturel. Car indéniablement, même si amoindris, le Japon fut le plus grand choc culturel que j’ai rencontré jusque là. Je fais vous faire partager mes premières impressions ainsi que mon parcours durant ces premiers jours dans l’empire du Soleil levant !

Osaka est dans le Sud de Honshu, l’île principale du Japon. Certains peuvent se le demander, mais elle n’a que légèrement subit les retombées du tsunami et de l’accident nucléaire qui en a découlé. Mais, en arrivant, les retombées radioactives étaient le moindre de mes soucis. Après avoir quitté l’aéroport ou tout est écrit en Japonais et anglais. Rejoins Claudia et ses colocs qui parlent Français, anglais et japonais, j’ai décidé de m’aventurer par moi-même dans les alentours en gardant Osaka et l’appartement de Claudia comme base principale.

L'entrée du verger du château

Il y a plusieurs choses qui m’ont motivé à venir au Japon. En théorie je dirais la culture, l’histoire et la nourriture. En réalité ce fut plutôt un billet pas cher, un hébergement sur place et la nourriture. On notera que le point commun de mes motivations est relié comme toujours à mon estomac. Et c’est aussi dans cette optique que je vais essayer d’articuler mon séjour : Découvrir et expérimenter !

Les restes du cherry blossom 🙁

Et me voilà parti pour ma première journée à visiter Osaka. Direction le château d’Osaka construit au 17e siècle (si mes souvenirs sont bons) détruits, endommagés et reconstruit un bon nombre de fois jusqu’à présent. Il est situé au milieu d’un parc fameux pour ses couleurs lors du Cherry Blossom. Bien entendu, je suis arrivé exactement 2 jours trop tard donc je n’ai pu voir qu’une pâle parodie de la beauté qui se dégage de tout ces cerisiers en fleur. Tant pis ça me donnera une excuse pour revenir ! Je me promenais donc dans le parc quand des individus m’intriguaient. D’abord un puis deux, puis de plus en plus. Des marcheurs portant sur l’épaule un immense trépied au bout duquel est fixé une caméra avec des objectifs gigantesques. Comme des chasseurs, ils arpentent le jardin à la recherche de leur proie … la photo parfaite ! Je m’assoie sur un banc et les regarde passer quand soudain j’en voie un petit groupe (peut-être 5) qui se sont arrêtés et commencent à déployer leur matériel. Oh ! Je vais pouvoir assister à la capture de l’image parfaite ! Je regarde plus attentivement autour mais je ne vois rien de particuliers. En revanche, mon inexpérience doit parler car de plus en plus de photographes amateurs arrivent avec des appareils photos toujours plus impressionnant. Bientôt ils sont bien 25 à entourer un coin bien particulier du bois. Je commence à me dire que je dois vraiment être aveugle pour ne pas voir le fruit de tant d’excitation. Puis soudain, j’aperçois un genre de merle qui cherche de la nourriture sous les feuilles mortes. Non, ça ne peut pas être ça … Puis, je constate que les photographes, très doucement suivent les mouvements de l’oiseau. Tout ça pour ça, certes déçu mais surtout dans l’incompréhension la plus totale je continue mon chemin vers le château.

Le chateau d'Osaka

Et ses "petites" douves !

Je m’attarderai pas sur la visite du château car les photos parlent mieux que ma meilleure prose. La soir, j’avais rendez-vous avec une coloc de Claudia qui s’était désignée pour me faire visiter un peu le centre d’Osaka avant d’aller prendre un verre avec Claudia et une amie. En attendant, je m’attarde dans un magasin qui ressemble à une foire-fouille sur plusieurs étages. Chaque étage à un thème précis : nourriture, vêtements, électronique, … Je passe la nourriture car tout est emballé de façon flashy et je n’ai aucune idée si je regarde un barre de chocolat ou un savon. Surtout les emballages, je peux voir des visages qui sourit et qui ont l’air d’apprécier mais aucun indice sur le contenu réel.

Un petit bout du panorama d'Osaka

Bon, je passe mon chemin vers les vêtements. D’entrée je constate que quelque chose tourne pas très rond avec leurs vêtements, moi j’aurais plutôt qualifié l’étage de déguisement. Et pas n’importe lesquels s’il vous plait ! Tout peut-être qualifié de sexy et on passe par tout les uniformes possibles et imaginable de toutes les tailles de toutes les couleurs et ceux sur bien la moitié de l’étage. L’autre moitié est plus traditionnel bien que tout semble avoir été créé à la peinture fluo !

Mmmhh ... Drôle de couleur ces Kit kats !

Je continue étage après étage, surprises après surprises, jusqu’à l’étage des maquillages ou tout semble normal. Après il est vrai que j’ai pas souvent l’habitude de trainer dans ce genre de rayon.

Après mes aventures, je retrouve l’amie de Claudia qui décide de me faire gouter quelques spécialités « junk food » à la japonaise. On commence tout de suite avec des boulets de … euh … pâte avec dedans des tentacules de calamar nommé Takoyaki. C’est une spécialité d’Osaka, c’est super chaud mais c’est bon ! En fait le plus impressionnant c’est de voir les cuisiniers retourner des dizaines de boulettes en quelques secondes à coups de baguette. Ensuite, on s’oriente vers un plat plus répandu l’Okonomiyaki qui consiste en une galette à laquelle on ajoute tout ce qu’on veut. Souvent constituées d’une base de choux, la suite des ingrédients restent totalement libre. Encore une fois c’est bon mais en plus ça cale bien !

Boulettes de calamar : TakoYaki

C’est donc le ventre rempli qu’on s’oriente vers le quartier Otaku d’Osaka. Pour les non otaku, cela signifie le quartier Geek. Pour les non geek, c’est le quartier ou l’on trouve tout ce qui relié à l’univers des jeux vidéos, des ordinateurs, des mangas et autres animés. Et là, on passe d’une boutique à l’autre et j’ai vu des choses … Non je ne veux pas en parler ! Des choses terribles qui donne toute leur véracité au stéréotype nippon ! Non, c’est pas des pervers … ils sont pire ! Heureusement que grâce à une éducation paternelle poussée, plus rien ne me choque !

Et voilà, cette première journée qui touche à sa fin autour d’un verre dans le bar ou Claudia travaille. Au moins dans un bar, je me sens à mon aise ! Alors qu’on retourne à son appartement, je m’imagine les prochaines destinations : Kyoto, Nara, …

A bientôt

Malheureusement pour vous cela viendra dans un prochain article sur ce super pays qu’est le Japon !

A bientôt sur les routes du monde

Jérémy

Tags: ,

Leave a Reply

Article rédigé par Jérémy